Quand les masques tombent - Célia Even (ROMAN)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quand les masques tombent - Célia Even (ROMAN)

Message  celiaeven le Dim 16 Fév - 13:56

Quand les masques tombent.

Fanfiction : Drago/Hermione
Résumé :
Ron et Hermione ont évolué avec la guerre, en bien comme en mal. Et quand Drago débarque dans sa vie, Hermione se retrouve perdue. Ajoutée à ça, une lettre arrive de Poudlard... Suivez l'histoire et apprenez ce qu'il se passe quand les masques tombent.
Date : Ecrite en août 2012.-

Chapitres :

Chapitre 1 : « Seul. »

Quand Drago entra dans ce bar au Chemin de Traverse, tous les regards se tournèrent vers lui. Il n’y prêta aucune attention, s’assit au comptoir et commanda une vodka. Un sorcier parlait à voix basses en lui jetant des regards en coin. Drago se tourna vers lui et lui dit :
-Quoi ?
L’homme haussa les épaules et s’écarta du comptoir. Drago soupira. Combien de temps encore devrait-il payer pour les erreurs de ses parents ? Il but sa vodka et sortit du bar. Il n’avait aucune envie de rentrer chez lui mais il n’avait aucun autre endroit où aller. Il n’avait également aucun ami, à part peut-être Harry. Ce n’était pas un ami, c’était un collègue de travail. Même s’ils se taquinaient de temps en temps, ils avaient enterrés la hache de guerre. Par contre, si Harry lui avait presque pardonné, ce n’était pas le cas d’Hermione. Il l’avait tellement maltraité qu’elle refusait de se trouver dans la même pièce que lui. Ginny ne le portait pas non plus dans son cœur, et Ron se demandait bien pourquoi Harry avait accepté de travailler avec lui. Finalement, Drago transplana dans sa chambre. Il déposa sa baguette sur son lit, et descendit dans le salon du manoir.
Il passa devant un calendrier qui indiquait « 26 aout ». Presque 4 mois que Voldemort était mort.
-Drago ? appela sa mère dans la pièce voisine. Viens, s’il te plait, nous devons te parler.
Drago rejoignit ses parents en fronçant les sourcils.
-Drago, dit son père, nous avons bien réfléchi et tu dois épouser Pansy. Son père est très haut placé au ministère, et ce mariage nous permettrait de ré-honorer notre nom et notre famille.
-Je n’épouserais pas Pansy. Et vous devriez comprendre pourquoi !
-Nous ne comprenons pas, non.
-Je… je ne l’aime pas ! Ce n’est pas compliqué, je ne l’aime pas !
-Tu pourrais faire un effort, dit sa mère.
-J’aime quelqu’un d’autre ! Vous êtes contents maintenant que vous savez tout ?
Il monta dans sa chambre, plus énervé que jamais. Il ne savait pas si ce qu’il venait de dire était vrai. C’était sorti tout seul. Non, bien-sûr que ce n’était pas vrai. Comment le grand Drago Malefoy pourrait-il tomber amoureux ? Et de qui ? Il secoua la tête pour chasser cette pensée. Il se leva et prit un sac à dos. Il récupéra sa baguette et y ajouta un sort d’expansion. Il y mit ensuite tout ce dont il pourrait avoir besoin une fois dehors. Soudain, il entendit sa mère monter. Quand il la vit, il tendit sa baguette et dit :
-Collaporta !
La porte se ferma. Drago se demanda où il pourrait aller. Il regarda autour de lui, cherchant en vain quelque chose qui lui dirait où aller. Il vit alors sur son bureau un objet qu’il avait volé, non, subtilisé à Ronald Weasley lors de la guerre à Poudlard. Un objet qui éteignait la lumière lorsqu’on l’ouvrait. Il le prit, l’activa et soudain, il transplana sans s’en rendre compte. Cet objet était vraiment imprévisible !

*

-A notre nouvelle vie ! dit Harry en levant son verre !
-A notre nouvelle vie ! répétèrent Ginny, Hermione et Ron.
Ils s’étaient retrouvés tous les quatre au nouvel appartement de Harry et Ginny. Harry se leva et ramena quelques assiettes à la cuisine. Hermione, naturellement, alla l’aider.
-Alors ? dit Harry en posant les assiettes.
-Quoi ? dit Hermione.
-Toi et Ron, comment ça va ?
-Mal. Il est sur les nerfs en permanence, il me crie dessus tout le temps. Le soir quand je rentre, ce n’est même pas s’il me dit bonjour ! Il sort tout le temps, c’est tout juste s’il ne ramène pas des filles à la maison !
-Laisse lui du temps, il est triste à cause de Fred.
-On l’est tous ! Regarde, Georges, tu crois qu’il n’est pas triste ? Pourtant lui, il s’en sort très bien ! Il a même une nouvelle petite amie !
-Je vais essayer de lui parler.
-Fais attention, il s’énerve très vite, comme si il était… ensorcelé. Il a tellement changé ! On dirait que ce n’est pas lui. Et, Harry ? Je ne vais pas supporter ça encore longtemps. Si tu dois le lui parler, dis-lui bien ça.
Hermione sortit de la cuisine, suivie d’Harry.
-Ron ? dit Harry. Viens, il faut que je te parle.
Ron se leva et suivit Harry.
-Oui ? dit-il en s’asseyant sur un tabouret.
-Il faudrait qu’on parle d’Hermione. Elle se sent blessée, elle trouve que tu as beaucoup changé depuis 4 mois.
-Elle t’en a parlé ? A toi ?
-Oui, à moi. Toi tu n’es jamais à la maison, et quand tu es là, tu ne lui dis même pas bonjour.
-Elle t’a dit ça ?
-Oui. Elle t’aime, tu sais.
-Oui je sais, merci. Autre chose à dire ?
-Heu oui. Fais attention, elle pourrait te quitter.
-Jamais elle ne me quittera. Elle m’aime trop pour ça.
-Et toi, tu l’aimes ?
-Ça ne te regarde pas !
-Tu es mon meilleur ami, et elle ma meilleure amie. Alors oui ça me regarde !
-Et bien tu peux considérer que nous ne sommes plus amis.
-Attends, quoi ? Qu’est-ce que je dois comprendre ?
-Que tu n’as pas à te mêler de nos affaires.
Il sortit en trombe de la cuisine.
-Hermione, pourquoi tu te plains à lui ?
-Je ne me plains pas à lui !
-Ah bon ?
-Non !
-Ok, je me casse.
Et sur ces mots, il transplana.
-Ron !
Elle se tourna vers Harry.
-Qu’est-ce que tu lui as dit, Harry ?
-Rien !
Ils s’assirent et finirent de manger le dessert, puis Hermione dit :
-Bon, je vais rentrer m’expliquer avec lui.
Elle dit au revoir à Harry et Ginny, puis transplana elle aussi. Elle se retrouva devant son appartement. Elle ouvrit la porte, et trouva l’appartement dans un état épouvantable. Tous les meubles étaient parterre, ses vêtements éparpillés dans la pièce. Sur le mur était écrit :
« Ça t’apprendra à te plaindre aux autres comme une gamine ».
Elle porta ses mains à sa bouche, et s’assit au sol. Elle n’en revenait pas. EPOUVANTABLE ne suffisait pas. Il aurait fallu un mot plus fort, qui n’existait peut-être même pas. Elle vérifia dans chaque pièce, toutes les affaires de Ron avaient disparues. Il y avait un autre message pour elle sur un bout de parchemin, posé sur son lit défait. « Et tu me rendras mon déluminateur, c’était un cadeau de Dumbledore ! Je ne l’ai pas utilisé depuis la guerre, mais je veux le garder !! ». Son déluminateur ? pensa Hermione. Mais je ne l’ai pas ! Elle se demanda comment Ron pouvait lui faire ça, à elle ! Ils s’aimaient ! Ou peut-être que lui non ? Elle prit son journal. « Cher journal, Ron a beaucoup changé ces derniers 4 mois. Il était calme avant, mais depuis la mort de Fred, sa vie n’est plus qu’un grand n’importe quoi ! Il est insultant, peut-être qu’il boit. Peut-être pas. Je vérifierais d’ailleurs. Peut-être qu’il se drogue ? Ce serait possible, il travaille au ministère, il a accès à des potions puissantes quand il le veut. Les vacances se finissent aujourd’hui, et c’est peut-être le pire jour de ma vie ! Mon appartement est dans un tel état ! Comment peut-il vandaliser ce qui m’appartient comme cela ? Je ne le comprends plus. Plus du tout. Il a tellement changé, ce n’est plus le Ron que j’ai appris à aimer à Poudlard. ». Elle referma son journal intime et quelques larmes coulèrent sur son visage.
Elle s’assit sur son lit et s’effondra en pleurant. Seule, dans son appartement à Londres, elle pleura pendant longtemps avant de s’endormir de fatigue vers minuit.

*

Drago se retrouva à Londres, devant un vieil immeuble.
-Où suis-je ? se dit-il. Je n’ai même pas transplané par moi-même ! C’est cette saleté de truc qui m’a amené ici.
Il sortit de sa poche l’objet qu’il avait activé avant de partir, le déluminateur de Ron. Drago haussa les épaules et le rangea dans son sac. Il se demandait bien où il était. Il s’approcha du bâtiment et lit les noms écrits à côtés sur le mur, indiquant les habitants vivants ici. Un nom attira alors son attention. Il connaissait bien les personnes qui habitaient là. Mais ils ne le portaient pas vraiment dans leurs cœurs. Il entra tout de même dans le bâtiment après avoir une dernière fois relu les noms : « Ron Weasley et Hermione Granger ».

_______________________________________________


Chapitre 2 : « Malefoy ? »

|Il entra tout de même dans le bâtiment après avoir une dernière fois relu les noms : « Ron Weasley et Hermione Granger »…|

Il sonna à la porte. Au bout d’une minute, il sonna une deuxième fois. Il réalisa alors qu’il était plus de minuit et qu’ils devaient dormir. Pourtant, au bout de deux minutes la porte s’ouvrit sur Hermione.

-Malefoy ? dit-elle. Ce n’est pas vraiment le moment de venir me traiter de sang de bourbe.

-C’est pas pour ça que je suis là.

-Alors tu veux quoi ?

- Heu… je ne sais pas.

-Bon, bah au revoir alors.

Elle commença à fermer la porte mais Drago la bloqua avec son pied.

-Attends, qu’est-ce qui t’arrive Granger ?

-Toi, te préoccuper de moi ? Et ne m’appelles pas Granger !

-Tu m’appelles Malefoy, je t’appelle Granger. A moins que tu ne préfères m’appeler par mon prénom…

-Non, ça va aller, restons-en aux noms de familles. Et ce qui m’arrive ne te regarde pas.

-Aller, je vois bien que t’as pleuré. Et puis Hermione Granger n’aurait jamais ouvert la porte coiffée comme ça si rien ne lui était arrivé.

Hermione porta machinalement la main dans ses cheveux.

-Je peux entrer ? renchérit Drago.

-Non, l’appartement n’est pas… présentable.

-Présentable ? Ne me fais pas rire.

Et il entra.

-Non ! N’entre pas !

-Waouh. C’est quoi tout ça ? dit-il en voyant l’appartement dans un état vraiment déplorable.

-Rien.

-Rien ? Je vois. Donc, tu as l’habitude de vivre avec les meubles renversés, des messages écrits sur les murs et tes vêtements éparpillés partout ?

-Non. Ecoute, je te l’ai déjà dit, ce n’est pas le moment de venir ici. Surtout toi.

-Quoi moi ? Ok, désolé si je t’ai quelque peu embêté à Poudlard.

-Quelque peu ? Tu m’as traitée de sang de bourbe dès que tu le pouvais !

-N’exagère pas non plus. Mais désolé. Retiens-le bien, je ne te le redirais pas.

-Merci, c’est gentil, surtout de ta part. En considérant que tu le penses bien-sûr.

-Bon. Un peu d’aide pour ranger tout ça ? Promis, je ne demanderais pas qui a fait ça.

-Heu…ok. T’as raison, j’aurais bien besoin d’aide.

-J’ai toujours raison.

Son arrogance était toujours présente. On ne changeait pas Drago Malefoy du jour au lendemain. Ils se mirent au travail. Drago sortit sa baguette mais Hermione le coupa.

-Sans magie, dit-elle. Voyons ce que tu sais faire.

-Défi accepté, dit-il.

Ils commencèrent donc par ramasser les vêtements d’Hermione. A un moment, Drago tomba sur un soutien-gorge d’Hermione.

-Pas mal Granger, dit-il.

-Donne-moi ça ! dit-elle.

Il se mit à courir et elle le suivit. Au bout d’une minute, il s’arrêta et lui rendit ses sous-vêtements.

-Merci, dit-elle, essoufflée. On fait une pause ?

-Si tu veux, dit-il.

Elle alla dans la cuisine chercher quelque chose à boire. Ils burent tout en parlant.

-Je peux savoir pourquoi tu débarques à minuit passé chez moi Malefoy ?

Elle insista bien sur le dernier mot, ce qui déplus un peu à Drago.

- Je ne savais pas où aller.

-Oh, et tu choisis mon appartement ?

-Bah en fait, j’ai transplané au hasard et je suis arrivé ici. J’ai dû entendre ton adresse quelque part et c’est elle qui est venue en première.

C’était l’explication qu’il s’était donné à lui-même. Rien ne disait que c’était la vérité, mais c’était selon lui la plus probable.

-Ah.

Elle paraissait un poil déçue, et bien évidement Drago le remarqua.

-Serais-tu déçue Granger ?

Il appuya bien sur le dernier mot, pour reprendre les mots d’Hermione.

-Moi ? Non, pas du tout Malefoy.

Ils se remirent à travailler. A deux, ils soulevèrent les meubles et les remirent en place. Hermione fut assez impressionnée de la force de Drago. Elle qui croyait qu’il se servait de la magie tout le temps.

-T’aurais pas du savon ou quelque chose ? demanda Drago au moment d’enlever le message au mur.

-Non, j’utilise la magie d’habitude.

-Tu m’autorise à utiliser la magie pour ça ?

Elle hocha la tête et il prit sa baguette :

-Tergeo !

Le message s’effaça de lui-même.

-On a presque tout fini, dit Hermione. Il ne manque plus que… le four de la cuisine qui ne veut plus s’allumer.

-Allons voir ça.

Ils allèrent dans la cuisine. Drago prit sa baguette et dit :

-Reparo !

Le four ne bougea pas mais on entendit de petits cliquetis à l’intérieur.

-Et voilà ! dit-il, fier de lui. Il est quelle heure au fait ?

-Hum, 6h00.

-6h00 ? On a travaillé toute la nuit ?

-Ouais. Bon, je vais dormir un peu avant d’aller au ministère. A tout à l’heure.

-Et moi ?

-Bah, prends le canapé, ou vas-t-en !

Il haussa les épaules et s’allongea sur le canapé. Crevé, il s’endormit.


Il fut réveillé à 7h00 par du bruit provenant de la chambre d’Hermione. Il se leva, et doucement, il se dirigea vers les bruits. Il trouva Hermione, pleurant sur son lit. Elle ne le vit pas. Drago se demanda pourquoi elle pleurait. Etait-ce en rapport avec l’absence de Ron ? Il se recoucha sans lui dire qu’il l’avait vue.


-Debout Malefoy ! Aller, lèves-toi, il est 8h00 !

-Pourquoi ?

-Pour aller travailler ma fois ! On est lundi.

-Je déteste le lundi ! dit-il en se levant.

Il se leva et avala le petit de déjeuner d’Hermione.

-Eh ! C’était pour moi, dit-elle en voyant son assiette vide.

-Ah bon ? Trop tard !

Il sourit et se changea d’un coup de baguette. Hermione s’habilla, et vers 9h00, ils sortirent ensemble de chez elle pour se rendre au ministère.

-Au fait Malefoy, tu as perdu ! dit-elle mystérieusement en entrant dans les toilettes coté filles.

Drago alla dans les toilettes garçons, en se demandant qu’es-ce qu’il avait perdu. Il entra dans une cabine de toilette et tira la chasse. Il atterrit dans une cheminée dans le grand couloir du ministère.

Il aperçut Hermione devant lui, au milieu de la foule d’employés.

-Hermione ! appela-t-il avant de se rendre compte qu’il l’avait appelé par son prénom.

-Tu l’appelles par son prénom maintenant ? dit Harry qui venait d’arriver.

-Heu, ouais. J’ai pas fait attention, mais s’il te plait, ne lui dis pas.

-Ok, dit Harry en souriant.

Ils rejoignirent Hermione.

-Granger, qu’est-ce que j’ai perdu ?

-Le défi ! dit-elle en s’éclipsant dans un ascenseur.

-Vous aviez un défi ? dit Harry. Et vous vous parlez ! C’est du changement, ça !

-Ouais, bon. N’en rajoutes pas toi.

Ils se dirigèrent dans le département des aurors. Ils étaient aurors, ainsi qu’Hermione, Ron et Ginny. Cela faisait une semaine qu’ils avaient repris le travail d’auror.

Hermione descendit de l’ascenseur au département des aurors, dans un état d’esprit très étrange. Elle était à la fois malheureuse à cause de Ron, et fière d’avoir gagné ce défi avec Drago. Elle se dirigeait vers le bureau 15, le bureau où elle travaillait avec Drago, Harry, Ginny et… et Ron. Elle réalisa qu’elle allait devoir travaillait avec celui qui avait vandalisé son appartement sans véritable raison.

____________________________________

celiaeven

Messages : 4
Date d'inscription : 15/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum