Présentation de Lynaa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Présentation de Lynaa

Message  Lynaa Kazumi le Mer 23 Jan - 11:58

Comment vous appelez vous dans la vie courante ? Je m'appelle Coline
Quel est votre pseudo sur ce forum et pourquoi ? Lynaa est un personnage né de mon imagination (J'aimerais ne pas le retrouver autre part donc) et Kazumi est l'un de mes prénoms.
Quand êtes vous né ? et quel âge avez vous ? Je suis née en Novembre, j'ai 19 ans.
Vous êtes dans quelle classe ? et dans quelle filière ? Euh... J'ai eu un bac littéraire, suivi d'un an de grphisme et un an de droit, pour finir maintenant à la recherche d'un patron pour un BTS : C'est assez chaotique!

Quels sont vos loisirs ? L'écriture, le graphisme et la photographie!
Faites vous du sport ? de la musique ? ou tout autre chose ? Non
Quelles sont vos lectures préférés ? Fantasy, fantastique, dramatique, gore Very Happy
Vos films préférés ? Il y en a tellement... Le Seigneur des Anneaux par exemple Smile
Vos séries préférées ? Prison Break!
La musique que vous écoutez ? Rap, grunge, punk rock, metal, rnb
Citez votre homme ou femme célebre préféré : Johnny Depp Embarassed
Quels sont (quel est) vos acteurs préférés ? Johnny Depp xD
Quel est votre animal préféré ? Le lion, le loup, le tigre et.. La grenouille!
Pourquoi ? La grenouille parce qu'elle est rigolote, les autres animaux parce qu'ils sont majestueux, que l'homme les craint et parce qu'ils sont magnifiques.

Pouvez vous vous définir en quelques mots ? C'est difficile de se définir. Je dirais que j'adore parler anglais, et sinon dans mon caractère je suis toujours prête à apprendre aux autres et à rendre service (Notre chère administratrice pourra confirmer!)

Depuis quand avez vous commencé à écrire ? Depuis que je sais écrire je crois xD Ma première (vraie) histoire date d'il y a dix ou onze ans, j'avais 8 ans
Qu'est ce que vous écrivez (science fiction, policier, drame, comique...) : J'écris principalement du dramatique ou du fantastique.
Pourquoi ? Parce que je ne suis pas dépressive rassurez-vous, mais parce que l'originalité d'une histoire n'est pas dans les bisous-bisous, j'aime les histoires sombres, les histoires qui se terminent mal, qui parlent de sujets qui dérangent.

Afin de connaître ton style d'écriture, nous te demandons d'écrire quelques lignes (pas plus de vingt) sur un sujet qui te tient à coeur (cela peut être réel ou fictif). : Ce texte est le premier chapitre d'une histoire qui me tient à coeur.

Le miroir, pensais-je, était une bien curieuse invention. Comme une immense flaque d'eau, il renvoyait une image, notre image. Cependant, jamais il ne se troublait. L'eau pouvait être trouble comme le cœur, le miroir jamais ne fléchissait. Que l'âme soit noire ou blanche, le reflet de notre personne demeurait celui que nous voulions voir. Fourbe et traître, il ne faisait pas de distinction entre le bien et le mal. Pourtant, l'eau gouttant du ciel avait une âme. Inquiétante durant les jours sombres, elle devenait merveille en plein soleil, révélant un magnifique arc-en-ciel de joie et de couleurs.

Oui, le miroir était un traître. En regardant mon reflet ce matin-là, je pouvais encore voir la fillette que je n'étais pourtant plus. Seul mon regard avait perdu son innocence. L'innocence avait pourtant déserté mon corps et mon âme depuis bien des années. Depuis six ans pour être exacte. A cette époque je n'en avais que douze, j'étais jeune. Je ne méritais pas ce qui m'était arrivé. Je me souviendrais toujours de cette nuit là.

Nous étions recroquevillées dans le petit cagibi poisseux et malodorant de mon ancienne chambre. La pièce était étroite, le placard encore plus. Maman nous serrait contre elle Aryana et moi. Ma grande sœur avait quatorze ans à cette époque, et Maman était d'une beauté éblouissante, masquée par des cernes et des années de déshonneur. Nous avions le souffle court et étions tapies dans l'ombre. Notre maisonnette était en bois, l'humidité de l'automne naissant rendait l'atmosphère insoutenable. Nous ne devions faire aucun bruit, nos vies étaient en jeu, et nous le savions. La famille Stewart au complet était là : Billy mon père, Maman, Aryana et moi.

Maman nous serra contre elle un peu plus fort, nous étouffions. Nos respirations se saccadaient, et des larmes tombaient sur mes joues rondes d'adolescente. Je ne pouvais retenir mes sanglots, malgré les tentatives désespérées de Maman pour me rassurer. C'était sans espoir. Je m'étais faite à l'idée de mourir cette nuit là... Le parquet trembla, et nos cœurs se soulevèrent. Nous entendîmes une bouteille se briser devant le palier de ma chambre. Apeurées, nous fermâmes les yeux. L'ambiance était glauque et morbide. Nous attendions sagement le jugement dernier, priant pour quelques minutes supplémentaires.

La porte claqua, la pièce trembla. Billy, mon père, hurla sauvagement nos prénoms, nous ordonnant de nous montrer. Aryana et moi tremblâmes et nous resserrâmes, étouffant Maman. Nous ne faisions plus aucun bruit. Même nos cœurs semblèrent cesser de battre. Un crissement aigu me fit frissonner. L'objet que tenait Billy effleurait chacun de mes objet en verre, provoquant une désagréable sensation. Aryana plissa ses paupières, et je l'entendis réciter l'extrême-onction. La peur et la panique s'emparèrent de moi. Je regardai Maman droit dans les yeux. Autrefois, nous avions les mêmes, en amande et pétillants de malice. Mais ceux de Maman avaient perdu leur éclat. Elle avait été un refuge pour Aryana et moi, depuis cette année là, depuis l'annonce de la terrible maladie de mon père. Elle avait subi les coups et les insultes, mais son amour pour lui n'avait pu être entravé par aucune forme de violence. Et même enfouie dans ce cagibi, dans ce minuscule espace irrespirable, je voyais en elle tout l'amour qu'elle lui portait encore. Billy était pourtant devenu un monstre, assoiffé d'alcool et de souffrance. A cette époque, j'entendais souvent Maman pleurer le soir, mais je n'étais pas apte à comprendre pourquoi.

Billy cria une dernière fois le nom de ma mère, la belle Natacha. Du recoin sombre où nous étions cachées, je la sentis bomber le torse et soupirer pour se donner du courage. Elle ordonna silencieusement à ma grande sœur de veiller sur moi. Cette dernière aquiesca en silence. Nous entendîmes Billy fracasser mon cheval de porcelaine préféré en dizaines de morceaux à l'aide d'un instrument. Il avait beaucoup bu ce soir. Nous fîmes toutes les trois une croix sur nos cœurs. Aryana et moi étions ce que Maman avait de plus cher, elle nous aurait protégées au prix de sa vie.

Soudain, sans prévenir, Maman frappa la porte de toutes ses maigres forces. Elle s'ouvrit à la volée, soulevant la poussière de ma chambre. Billy se retourna vers elle. Ses yeux avaient soif de sang, et son être entier empestait l'alcool. Digne et droit comme une reine, Maman s'approcha de lui sans peur, sachant ce qui l'attendait. Aryana et moi, toujours cachées dans le petit placard, la regardâmes bouche bée, admiratives. Billy tenait une hache à la main, la hache qu'il utilisait pour fendre le bois qui nous entourait. Il avait massacré ma chambre, tout était détruit, même mon petit lit de bois qu'il avait lui-même fabriqué.

Maman nous hurla de nous enfuir. Tel un électrochoc, son cri d'amour nous fit bondir de notre cachette et sortir en trombe de la chambre. Billy entra dans une colère noire, mais je ne le voyais pas. Je courais. Je dévalai les escaliers et entendis Aryana courir à mes côtés. Billy nous poursuivait en hurlant. Je l'entendis répéter que cette maison serait notre tombeau. Maman tentait en vain de s'accrocher à lui pour nous laisser le temps de nous enfuir. Tant que nous étions ensemble Aryana et moi, Maman serai soulagée. En partant, nous savions que nous ne la reverrions jamais. Ma peur et ma honte me donnèrent envie de vomir. Ma course vers la porte de sortie fut stoppée nette par un « schlack » retentissant. Nos quatre cœurs arrêtèrent de battre en même temps, mais l'un d'eux ne repartirait jamais plus. Maman me cria de ne pas me retourner et de continuer à courir tandis que Billy riait aux éclats, aveuglé par l'alcool. Mais ma curiosité était trop grande. Maman poussa un ultime cri de désespoir tandis que ma tête tournait lentement. Je suffoquai devant cette vision d'horreur dont je ne pus détacher mes yeux. Le corps de ma sœur, la douce Aryana, était maculé de sang. La tâche se propageait jusqu'à mes pieds. J'écarquillai les yeux en me rendant compte que la tête de mon aînée gisait quelques mètres plus loin, décapitée par la hache sanglante tombée à mes pieds. Mon regard ne pu se détacher de ma sœur que j'avais tant aimée que lorsque ma mère m'ordonna de courir. Aux prises avec mon père, elle me lança un regard me suppliant de partir, et je repris ma course, traumatisée par ce que je venais de vivre.

Je claquai la porte d'entrée derrière moi et courus sans m'arrêter. Je renversai une bougie sans le vouloir, provoquant un déluge rougeoyant autour du couple. Mes pieds nus me brûlaient. Nous vivions dans la forêt. La chaleur suffocante de notre demeure laissait brusquement place à la fraîcheur de l'automne. Les ronces s'enfoncaient dans la plante de mes pieds, laissant une coulée de sang derrière moi. Je rugis de désespoir, jamais plus je n'aurais de famille je le savais. Mes larmes brouillaient ma vision, et les épineuses branches de pin fouettaient mon visage. J'entendais les loups hurler à la lune tout comme moi je hurlais à mon cœur, je sentais les insectes craquer sous mes pieds et ma peau s'arracher au fur et à mesure que je courais. Ma robe de chambre se déchirait et je sentais le froid m'envahir. Je voulais mourir. Lorsque, à bout de souffle, je m'arrêtai enfin, je regardai une dernière fois derrière moi en m'appuyant contre un des arbres que j'aimais tant. Mon cœur battait la chamade au rythme des flammes qui rendaient un ultime hommage à ma famille. La fumée s'élevait haut dans le ciel. Maman m'avait demandé de courir. Je repris ma course vers l'espoir, ma course vers la vie.

Je fermais les yeux et détournait la tête de mon reflet, furieuse de penser tous les matins à cette nuit là. Depuis ce jour, je m'étais juré de haïr l'homme, sa force et sa cruauté. Je voulais que les hommes payent pour ce qui était arrivé à Maman et Aryana. Ma sœur aurait eu vingt ans. Mais ma lâcheté l'avait empêché de grandir. Je détestai l'homme et sa nature.

Miroir, mon beau miroir...




Pour finir comment avez vous connu ce forum ? Peut-être parce que je connais l'administratrice depuis toujours ? <3
avatar
Lynaa Kazumi

Messages : 3
Date d'inscription : 23/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation de Lynaa

Message  Admin Asmellya le Mer 23 Jan - 17:36

Coucou
Bon ben je te réponds, sinon ils vont penser que l'administratrice ne connait pas les notions de politesse ! Hors il n'en est rien.
Donc je ne te sers pas le discours habituel, l'eternel blabla de bienvenue....parce que ça me saoule un peu. Néanmoins, merci d'avoir rejoint nos rangs....on se renfloue, c'est moi qui vous le dit ! Bienvenue à toi, éclate toi et amuse toi bien sont les seuls mots que je daignerai dire en guise de bonjour !

Je ne m'étalonnerai pas sur ton prologue.....tu sais ce que j'en pense, mais j'ai une chose à dire : à quand la suite ? C'est toujours aussi bien écrit..........et j'adore tout le paragraphe sur le miroir (oui je sais je te l'avais déjà dit).
Nous ne sommes pas trop de deux pour gérer ce forum ,et j'ai entierrement confiance en toi ^^....
Merci encore à toi....




Admin Asmellya
Admin

Messages : 90
Date d'inscription : 04/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://plumelibre.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation de Lynaa

Message  Lynaa Kazumi le Jeu 24 Jan - 9:27

De rien, c'est avec plaisir que je critiquerai les textes et gèrerais une partie du forum et bien sur son habillage, il n'y a aucun problème, merci encore à toi pour la confiance que tu me donnes ma belle <3
avatar
Lynaa Kazumi

Messages : 3
Date d'inscription : 23/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation de Lynaa

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum